Menu
Retour aux publications
10 mai 2021

Le CBD naturel ajoute à la liste des ingrédients cosmétiques autorises par l’UE

L’Union Européenne a récemment ajouté le cannabidiol « dérivé d’un extrait, d’une teinture ou d’une résine de cannabis » comme ingrédient cosmétique autorisé dans sa base de données CosIng.

CosIng est la base de données de la Commission européenne pour l’informations sur les substances et ingrédients cosmétiques. Cette base de données indicative fait l’inventaire des ingrédients autorisés ou non dans l’élaboration des produits cosmétiques et énonce leurs fonctions spécifiques.

Jusqu’alors, seul le CBD de synthèse, c’est-à-dire élaboré en laboratoire, était inscrit au CosIng et seul autorisé comme pouvant entrer dans la formulation des produits cosmétiques. Le CBD naturel dérivé d’un extrait, d’une teinture ou d’une résine de cannabis est désormais autorisé au même titre que le CBD de synthèse et pour les mêmes propriétés, à savoir :  anti-sébum, antioxydantes, revitalisantes et protectrices pour la peau.

L’élan initié par l’arrêt dit « Kanavape » rendu par la Cour de Justice de l’Union Européenne le 19 novembre 2020 a vraisemblablement contribué à cette mise à jour dans la mesure où la CJUE considère, notamment, que le CBD ne comporte pas de principe psychoactif en l’état actuel des connaissances scientifiques, et qu’il serait contraire au but et à l’esprit général de la convention unique d’inclure celui-ci dans la définition des « stupéfiants ».

S’il est vrai que CosIng n’est qu’une base de données indicative et non contraignante pour les Etats Membres, son influence dans l’harmonisation des règlementations nationales sur les produits cosmétiques est non négligeable.  Cette décision est donc un signal fort en direction du développement du CBD Naturel dans l’industrie des produits cosmétiques à l’échelle européenne.

La prise en compte du CBD naturel et la reconnaissance par l’UE des bienfaits que l’on lui prête ne peut que conforter les investisseurs et les acteurs de l’industrie cosmétique qui ont déjà initié leur entrée sur ce marché encore peu exploré.

Cette décision est une nouvelle étape non négligeable de la tendance initiée depuis quelques mois vers un assouplissement constant et régulier de la règlementation européenne sur l’utilisation du CBD. Aujourd’hui il s‘agit des produits cosmétique. Il y a fort à croire que demain d’autres produits bénéficient de cette tendance.